Les hospices de Beaune (21) ... 1ère partie

Publié le par André Michel

Les Hospices de Beaune ou Hôtel-Dieu de Beaune est un ancien établissement hospitalier du XVe siècle, devenu aujourd'hui musée, situé à Beaune en Bourgogne.

Sa fondation par le chancelier Nicolas Rolin remonte à 1443, est achevée en 1457. Il est célèbre, tant par son architecture traditionnelle bourguignonne que par son prestigieux vignoble bourguignon dont la production est vendue aux enchères sous le nom de vente des hospices de Beaune.

Historique

Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne Philippe III de Bourgogne (Philippe le Bon), et son épouse Guigone de Salins décident de créer un hôpital pour les pauvres mais hésitent un moment sur le lieu entre Autun ou Beaune. Cette dernière ville est choisie de par son lieu de passage et de l'absence de grande fondation religieuse. C'est ainsi que le 4 août 1443 naît l'Hôtel-Dieu sur le papier. L'influence flamande se fait ressentir dans la cité qui était au cœur de la Flandre bourguignonne (le duché de Bourgogne intégrait alors les Pays-Bas bourguignons. Le 1er janvier 1452, l'hôpital accueille son premier patient. Vieillards, infirmes, orphelins, malades, parturientes, indigents, fréquentent l'institution gratuitement du Moyen Âge au XXe siècle.

Rolin obtient la création en 1459 la création de l'ordre des Sœurs Hospitalières de Beaune dont la règle combine une vie monastique et l'aide aux pauvres. Elles prodiguent les soins sans relâche et demeurent l'essence même, pendant des siècles, de l'Hôtel-Dieu.

Description
 La façade extérieure, relativement austère, contraste avec la richesse de la décoration de la cour centrale avec ses toits en tuiles vernissées et celle de l'intérieur de l'édifice.

La cour

De forme rectangulaire, elle comporte un puits en ferronnerie gothique. Elle donne vue sur les différents bâtiments aux toits en tuiles vernissées (en fait, en terre cuite émaillée), technique probablement originaire d'Europe centrale, mais qui est devenue caractéristique des monuments bourguignons (la grande salle est couverte de simples ardoises). Ces tuiles ont quatre couleurs (rouge, brun, jaune et vert) formant des motifs d'entrelacs géométriques. Elles ont été reconstruites entre 1902 et 1907 par Sauvageot qui a recréé des motifs personnels, les dessins originaux ayant été perdus. Les parties Nord, Est et Ouest comprennent deux étages à galerie, avec colonnettes de pierre au rez-de-chaussée et de bois au premier, permettant le passage à l'abri des sœurs soignantes. De nombreuses lucarnes arborent des décorations sculptées en bois et en ferronnerie.







La suite demain ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jany 18/03/2010 13:35


Je les avais déjà vu,c est toujours un vrai régal de contempler cette série....


Lucien Aymard 18/12/2009 00:16


Bonsoir,
Nous n'aurons qu'un mot : fantastique !
Ton article est super, et les illustrations, n'en parlons pas. Quand on entend Beaune, on pense hospices, mais quand on les voit, on a le souffle coupé par tant de finesse. On promet de les
visiter.
Amicalement
Béa et Lucien


André Michel 18/12/2009 09:26


Bonjour Lucien,
Merci beaucoup de tes compliments, c'est vrai que les hospices de Beaune ont une notoriété mondiale, mais c'est plus pour la vente des vins que pour sa beauté architecturale, j'ai voulu montrer que
celle-ci en valait pourtant la peine.
Bonne journée et merci de ta visite
amicalement André


Miss Agnès 16/12/2009 22:29


J'aimerais te rendre hommage sur mon blog,
je le fais souvent à mes liens que j'apprécient,
je fais un article avec les liens de tes deux articles sur Beaune,
un peu de pub gratuite pour toi et tu le mérites,
juste ton accord et je fonce,
bravo et encore MERCI
Agnès


André Michel 16/12/2009 22:51


Pas de problème tu as mon accord
Merci de ton passage


souscrire mutuelle 30/11/2009 09:49


merci pour cette article


martine1450 26/11/2009 01:35


Je me souviens d'avoir visité ces hospices étant petite (nous habitions à l'époque à Chalon sur Saône) mais j'y retournerais avec plaisir ces toits sont splendides!


André Michel 26/11/2009 08:49


J'espère qu'après les travaux de réfection en cours, l'église située dans la cour sera de nouveau accessible...